Ne pas donner l’occasion de défausser de grosses cartes au tarot

N’avez-vous pas remarqué que les défausses de grosses cartes est courant, à quelques cartes de la fin dans une partie de tarot. En effet, il ne faut pas oublier qu’au tarot, on est obligé de couper, et c’est à quelques cartes de la fin que les atouts s’épuisent, et les défausses de grosses cartes s’activent.

Le cours que nous allons présenter ici, est visible sur la page blog de tarot . Nous allons voir sur cette page qu’il ne faut pas oublier ce principe.

Supposons le jeu suivant : le déclarant a dans la main le 21, le 19, et le 18. Le joueur qui se trouve derrière lui a encore dans sa main le 20 et le 12. Les autres joueurs n’ont plus d’atout, mais disposent dans leurs mains beaucoup de points dans d’autres couleurs. Le premier joueur joue alors Trèfle et vous vous retrouvez en troisième position, avec l’obligation de couper. Il sait aussi que le joueur qui se trouve derrière lui va surcouper. Aura-t-il intérêt de couper la le 21, ou aura-t-il l’intérêt de couper avec la petite carte, laissant le pli à son adversaire de gauche ? Les cartes à Trèfle qui ont été jouées sont le 8 et la Dame.

Voici le raisonnement qu’il faut adopter dans ce genre de situation : puisqu’il a encore un pli à perdre forcément, pourquoi ne pas le perdre tout de suite. En effet, s’il prend du 21, et s’il envisage encore de perdre un pli, et si en plus il joue de sa main, les défenseurs en voyant le 20 de leurs partenaires de la défense, vont jeter des points sur ce dernier pli pour défausser leurs plus fortes cartes (Roi par exemple). En laissant ce pli, vous ne laissez s’enfuir qu’une poignée de points.

 

Articles connexes :

Cette entrée a été publiée dans Jeux de cartes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.